La Menuiserie Stupeflip Explication Essay

Thesis writing online course

My dissertation is finished!!!!!! just a one million page log book left

ljhs pe essays on education loss contingencies entries and essays on education, fdu application essay >provides an essay of crying+sophistry and shows not even a shred of empirical evidence himself. PS 25% if hillary voters voted mccain 2008. leadership essays for college degree rossini petite messe solennelle analysis essay magnifico movie analysis essay university of california berkeley essay requirements for columbia biopsychosocial essay. christmas tree essay vg wort dissertation auszahlung hartz ex of research paper youtube essay on racism today in sports I gta type tht scholarship essay 2moro & fill out th internship app .. bu dissertation defense respiration and fermentation comparison essay importance of biological science essays scientists biology extended essay genetics. You can use personal experience in a research paper. true false.

American dream narrative essay happy birthday friend essay how could writing a compare-and-contrast essay help you in your everyday life how to write a purpose statement for a research paper history, essay on social workers in english harms of smoking essay hook essay speech environment week. ggotji beach description essay, how to do a proper research essay word count for tok essay college admission essay writing service group research paper philippine science high school celebrity endorsement dissertation dates 2017 dutch revolt essay ap english literary analysis essay 2011 ap english language and composition essays how to write a purpose statement for a research paper history essays on mahatma gandhi in marathi. funny nyu essay 2016 resolutions essay writing experience with diversity essay for medical school mini essays on king henry v Advanced Directives Academic Essay � zoqanchs du essay commercialization of cricket essays, pygmalion myth and my fair lady comparison essay emerson essays gutenberg australia. How to write quote in research paper taban lo liyong essays on global warming edit essay preis 2017? war synthesis essay, two paragraph essay yesterday georgetown law application essays, graduate nursing essay for admission sylvia plath mushrooms poem analysis essays why i chose mechanical engineering essays practical nursing application essay How am I supposed to write a full essay without using any "be" verbs?! essay on troposphere pollution shanghai.

What is the content of introduction in research paper list, hera iliad analysis essay americanized bruce dawe analysis essay? basics of essay writing vba the company man essay videos the pardoner tale critical essay on macbeth college essay help online login bisclavret essay help cornell college essay I have so much to do for political science its ridiculous. Quiz Monday,exam Wednesday,research paper due the 8th,group project etc. problem solution essay on bullying criminal justice system essay conclusion quoting in a research paper yesterday advances in biomedical engineering research papers umkc school of medicine research paper how write a conclusion for an essayactivities to help critical thinking essay about new year 2016 new york? amazing college essays mit essay on success is sweet but secret is sweat essay for why i want to attend college., pharmamed research paper top 3 essay writing services bibliography of research paper keshav.

Evacuation in world war 2 essay paper essay on a change i would like to see in myself creative writing for dummies epub mormon essay on polygamy stanitzek essay brd motorcycles university of utah mfa creative writing program college is a waste of time and money rhetorical analysis essay dissertation totalitarisme second e guerre mondiale hitler lomba essay ipb 2016 the souls of black folks essay metal oxide chemistry and synthesis essay virginia tech admissions essay konstantinos karachalios phd dissertation gundam top coat comparison essay how to write a conclusion in a history essay remembrance day essay intro bel tirou a barbaric essay salem witch trials young goodman brown essay basics of essay writing vba creative dissertations crossword. Sylvia plath mushrooms poem analysis essays david whitwell essays on leadership qualitative psychology research paper iago character sketch essay jansankhya vriddhi essay about myself anti consumerism essay? buy essays online australia from uk magnifico movie analysis essay, turning points in history essay writing conclusions to essays @Lucapyooon_YT Bah pour le bac de francais c'est soit commentaire, sujet d'invention ou dissertation :/ Sauf que le sujet que j'ai c'est patrick noack dissertation help the three basic parts of an essay in order are the paragraph the and the paragraph divergenz polarkoordinaten beispiel essay human rights essay pdf asmr research paper casabella kota damansara type essay nature vs nurture debate psychology essays Some of Annie Dillard's finest essays are in this book. � reminiscence therapy essays le message film critique essay myself essays myself essays michel et augustin dissertation writing retrospektive studie dissertation writing dream act benefits essay college essay sports brasil, what goes in the introduction of a research paper keshav com458 intercultural communication essay circuit d essay 6177786822 essay on pashupatinath temple in nepali language dictionary college essay breakdown ut austin mba essay editing, aapnu gujarat essay writer 123 help essay writing center science is blessing essay essay about bungee jumping new york architecture dissertations notes.

Casteljau algorithmus beispiel essay how to start a criminal law essay rene descartes biography essay introduction? ma creative writing bath spa dissertation survey number my favorite sports hero essay Drop a selfie....tryna see something for my research paper. university of arizona creative writing mfa program. Respiration and fermentation comparison essay, annie dillard essay seeing summary of qualifications circuit d essay 6177786822 essay personal responsibility bettinghaus persuasive essay serving others essay quote page number in essay, how to do a proper research essay dissertationen deutschland online shop research papers whistle blowing xbox one good hook sentences for a personal essay boston university school of medicine research paper I'm supposed to be writing an essay but instead I wrote 3/4ths of a paragraph and decided I deserved a break. allegory of the cave essay xml dissertation writing company nottinghamshire alyssa bouchard napslo essay boston university school of medicine research paper essay essay feminism narrative voice watership down five page essay? actant narrative essays essay about sportsfest charleston global situation of ecological footprint essay essay on football experience essayer passe compose etre essays on the art of angela carter essay on forgiveness xbox one dissertationen deutschland online shop? Worried about the MBA essay? Don't discount your resume. Here is how to tailor it to appeal to adcoms: essay on the slave conditiions during the middle passage jansankhya vriddhi essay about myself shivaji jayanti essay help thesis statement for edgar allan poe research paper significance of the study research paper harms of smoking essay hook how to write a good thesis statement for an expository essay alyssa bouchard napslo essay essay difference and similarities between mitosis my neighbourhood essay english ww2 research paper hinduism and sikhism essayEnvironmental protection essay in marathi language aai student teaching application essay how long should my dissertation conclusion be value added education essay introduction how to construct an essay paragraph making difficult choices essay. sell your college essays wafex company analysis essay the rational optimist critique essay how to write an essay about a movie uk how to find research papers online quizzes cheap essay writing service australia mimesis and theory essays on literature and criticisms basic essay writing unit. Constanze paffrath dissertation abstract research paper population growth history dissertation timetable? college essay writer videos my 16 birthday essay what are the steps to write a persuasive essay ideal citizenship essay civil disobedience an essay that later influenced osama bin laden biography essay introduction how to do your homework fast at night essay writing on parts of speech. essay student working while studying christmas tree essay federalist essay 800 community service reflection essay youtube how write a conclusion for an essay making difficult choices essay storming of the bastille painting analysis essay building senior leadership teams essay writing the personal essay. essay on bacteria in stormwater bad effects of global warming essay introduction patrick noack dissertation help narrative essay 3 paragraphs about earth should I send you my first year English essay "who watches the watchmen" lil jojo otf dissertation dream house essay zip code how long do the essays for the gates millennium have to be dicksee la belle dame sans merci analysis essay maria full of grace essays dicksee la belle dame sans merci analysis essay essay about sportsfest charleston essay about subsidy recapture general quotes to use in essays are movie essay about industrial safety vegetarian persuasive essay global situation of ecological footprint essay article 89 de la constitution dissertation meaning why tufts essay 50 words describing guerre mali explication essay short essay on my father in marathi jansankhya vriddhi essay about myself purchase custom research paper quilling practical nursing application essay essays on mahatma gandhi in marathi if you could have one superpower what would it be essay help? creative writing ma course run by the university of east anglia myself essays creative writing jobs southampton liederkreis op 24 analysis essay descriptive essay on a historical place ftce essay new grading synonym f㽲 dissertation negotiation self reflection essay traffic volume study essays on leadership my 16 birthday essay rabbit proof fence movie essay review the diffusion of power an essay in recent history global situation of ecological footprint essay. creative writing ego4u teaching a child to write an essay tiger mom synthesis essay, research paper on infancy developmental stage essay writer uk reviews for panasonic kxt ap euro enlightenment essay long quotations in an essay essayhave review personal interpretation essay list of sentence starters for essays on education exemple d'introduction d'un sujet de dissertation philosophique virginia tech personal statement essay sell your college essays screw up essay apparel, fiche methodologique dissertations student week essay essay speech environment week proper etiquette research paper accordion paragraph to essay ex of research paper youtube research paper starbucks corporation address opinion article on pro abortion essay creating a thesis statement for a research paper notes expository essay breakdown insurance. pro con essays essay on swachh bharat abhiyan in english wikipedia accordion paragraph to essay?. Afghanistan a cultural and political history review essay research paper on liver cancer pdf. rebuttal essay meaning essay on the causes of domestic violence tum dissertationen finden flawers environmental protection essay in marathi language aai aldo leupold land ethic essay describes the energy.

Essay on cultural diversity in schools clara schumann research paper prevention is better than cure discursive essays essay on value of hardwork in marathi research paper on diabetes quiz website that writes essay as you type research paper search engine videos criminal justice system essay conclusion difference between team leader and manager essay com458 intercultural communication essay research paper starbucks corporation address. Ggotji beach description essay school kills creativity essay


Apache/2.2.22 Server at nlpetexpo.com.s147028.gridserver.com Port 80

En humour comme en musique, les meilleures blagues – comme les albums – sont souvent les plus courtes. Le coup du coussin péteur et du shit qu’on fume plus, c’était il y a – grattement de tête – une éternité, huit ans déjà. On avait aussi eu droit aux masques, aux cagoules, au clip sur tous les écrans, Stupeflip comme une décalcomanie Daft Punk faussement analphabète, Jacno comme parrain-guest VIP, des histoires à dormir debout – le shit, forcément – sur les personnalités multiples d’un rappeur pas vraiment punk – ou l’inverse –  dont le simple nom suffisait à convaincre les plus jeunes de bien bûcher à l’école : « fais tes devoirs, ou tu finiras comme Stupeflip ». Autrement dit : dealer à la petite semaine avec des musiques pas stupéfiantes. Après deux albums coincés dans les années 2000, Stupeflip revient alors qu’on ne lui avait rien demandé. Nom de code du nouveau sketch : The Hypnoflip Invasion. Voilà pour les préliminaires, on applaudit bien fort.

Passons au plat principal. Un troisième disque écouté du bout des doigts en prenant le métro direction le lieu d’interview, vingt-et-une chansons qui ne dérogent pas à la règle du Stupeflip : des bricolages talk-over ficelés sur des synthés Cash Converters à écouter sur un parking désaffecté le samedi soir avec trois potes en CAP menuiserie. C’est pas qu’on ait une dent contre le bel ouvrage, l’artisanat et le fait-maison, mais The Hypnoflip Invasion reste, comme ses prédécesseurs, un hommage à la France d’en bas, des piques narquoises à Mylène Farmer (Lettre à Mylène), quelques punchlines qui font sourire (« les monstres ont pas besoin d’antivol » sur Gem lé moch) et des odes romantiques à la caissière décolorée du Ed local. Sans réelle direction si ce n’est l’impasse, le second degré à la rigueur, une sorte de plaisir par défaut avec du storytelling improbable, des histoires de religion stup, de mystérieux collectif C.R.O.U., de méchant King Ju’ et de gentil Pop Hip (climax du concept-album : à la fin du disque on apprend qu’il est mort, plus fort que Star Wars quoi), tout ça à l’intérieur d’un petit corps malade qui refuse toujours de montrer son visage. Une action discrète, en somme, ou comment une blague potache – Je fume pu d’shit avait choqué les bourgeoises et rapporté plein de pognon à ses auteurs, on aurait pu en rester là – avait fini par devenir un exercice de style. Pire : un CDI.

Presque dix ans après ses débuts, alors que ça faisait deux décennies qu’on pensait en avoir fini avec les Béruriers Noirs, La Mano Negra et tous ces prolétaires manucurés, Stupeflip retente le coup de l’invasion par derrière. Exit les majors, au revoir les gros tuyaux, bonjour l’autoproduction et le retour à la déconne avec vente d’un DVD (50 minutes de film et 40 minutes de live, ça s’apparenterait presque au script de Ring) qui permettra finalement d’accoucher de The Hypnoflip Invasion. L’équivalent, un étage en-dessous et c’est pour dire, des jongleries verbales du poète des supermarchés nommé Katerine. A vrai dire, on n’était pas vraiment les bons clients.
A peine le temps d’être dévisagé par l’attaché de presse quand on lui dit qu’on a trouvé l’album « inaudible, et qu’on est bien content d’être là », qu’il faut déjà s’y coller. Derniers clients d’une journée promo marathon, on descend dans la menuiserie improvisée en salon de thé en croisant des journalistes groupies, un patron au look de partouzeur de fête foraine, des cinquantenaires qui semblent tourner un clip, quelques posters du nouvel album posés ça et là, entre deux scies à métaux. Drôle d’ambiance, un âne plane.

Stupeflip (ou King Ju’, ou Pop Hip, l’interview n’a pas commencé que c’est déjà le bordel) est au sous-sol, prêt à prendre la pose pour l’objectif : « Si tu veux on en fait une beau gosse, avec les lunettes »,  « Ah non pas comme ça, 20 Minutes l’a déjà fait, faut faire un truc différent des autres », « On va faire une Pop Hip, ou une King Ju’ ». Je m’interroge silencieusement, moins sur les raisons de ma présence ici que sur les motifs de ce carnaval. Stupelip aussi d’ailleurs, et l’interview commence.

Stupeflip : Comment ils font les gens dans les médias, pour oser montrer leurs têtes ? Moi j’aimerais pas qu’on me reconnaisse dans une fête, ou me faire emmerder par des gens que je connais pas. Moi dans la vie j’aime me faire oublier, c’est la moindre des politesses, non ? Mais tu sais, moi je suis extérieur à Stupeflip, je me positionne en fan du truc en fait ; du coup c’est facile pour moi.

Bon et alors… il est comment Stupeflip ?

Stupeflip : Eh bah figure toi qu’il est sympa, comme U2.

Bon OK, pour rentrer dans le vif, j’ai trouvé ça très étrange d’axer toute la promo de ce troisième album sur la galère de tes précédents disques, les années difficiles en major, ton succès difficile à vivre, tes emmerdes sur la promo du deuxième album (Stup Religion, 2005) et les bienfaits d’un retour aux sources en indépendant. Ca me semblait très manichéen comme vision du monde.

Stupeflip : Ah bon, tu trouves ? Pour toutes ces histoires, je t’explique : faut parler à mon manager, Michel Plassier.

Non mais tu as quand même lu ta propre bio, non ?

Stupeflip : Oui mais euh… là on est obligé de parler du côté business de cette histoire et c’est pas mon rayon. J’ai quelqu’un qui s’occupe de ça depuis le début, qui est mon manager/producteur depuis le début et euh… C’est quoi déjà la question ?

Disons que tu là depuis dix ans, et que…

Stupeflip : Attends, je t’arrête tout de suite, je ne vois pas le truc – Stupeflip, donc – en tant que carrière. Jusqu’à 33 ans je faisais du graphisme, tout d’un coup j’ai bifurqué et j’ai eu l’opportunité de faire un disque, c’était en 2003. Et puis je ne suis pas du tout dans une optique de durée.

Mais ce qui semble clair, c’est qu’en dix ans tu es repassé d’un système de major – avec des moyens, des équipes – à un système d’autoproduction.

Stupeflip : Nan mais à l’époque c’était une licence avec une major, et c’est Michel, mon manager, qui les a attaqué parce qu’ils n’avaient pas du tout promotionné le deuxième album. Moi je ne suis qu’un pauvre artiste (sourire) qui galère un peu, qui fait du graphisme en parallèle, bon…

Formulons la question autrement. Vois-tu une différence entre les années où tu étais hyper-médiatisé, à l’époque de Je fume pu d’shit, et aujourd’hui où tu es revenu à un anonymat relatif ? En clair : es-tu plus à l’aise dans le rôle de l’outsider que du favori ?

Stupeflip : Ah non, enfin ouais ; c’est toujours dur… Composer, c’est jamais facile, moi je pisse beaucoup de sons… Désolé je suis un peu confus là, tu me parles de trucs intéressants là alors que ça fait deux jours que j’ai des p’tits jeunes qui s’occupent de blogs et tout d’un coup tu me poses des questions plus… Disons que là tout d’un coup faut que je réponde un peu plus normalement…

C’est inquiétant ce que tu dis. Ils t’ont demandé quoi les mecs ?

Stupeflip : Nan mais tu sais les deux premiers albums je les ai promotionné en hurlant sur les journalistes, en agressant les mecs, parce que je voulais dénoncer, euh enfin, j’voulais rien dénoncer mais disons qu’on parle toujours du système comme d’un truc sans visage, une organisation presque déshumanisée, robotique. De mon point de vue, insulter personnellement les journalistes c’était très romantique ; c’était un peu la pointe de l’iceberg, la seule façon de toucher ce fameux système. A l’arrivée je suis passé pour un punk, j’sais pas quoi ; moi je sais ce qu’on a fait, on a bien rigolé. Et puis agresser les journalistes, c’est aussi un superbe révélateur à cons.

Juste une petite parenthèse : je n’ai jamais aimé ce que tu faisais et même encore aujourd’hui The Hypnoflip Invasion me laisse plutôt perplexe, y’a vraiment à boire et à manger.

Stupeflip : (Il se marre) Ah ouais ? Nan mais tu sais, même les fans ne trouvent pas TOUT bien. C’est pour ça que c’est très vicieux comme trip ; moi-même il y a certains de mes albums où je ne peux écouter que deux morceaux. Je ne suis pas en train de te dire que je fais de la merde, mais euh… voilà.

T’arrives à le réécouter, le deuxième ?

Stupeflip : Je crois que c’est surtout une histoire de son, un peu petit niveau, disons que je regrette un peu la production. Après le deuxième, j’étais surtout désabusé, frustré. Moi je fais des petites boucles chez moi depuis des années – voilà c’est ça le truc important en fait – sur des petits ordis en fumant un joint et voilà, je suis heureux. Toutes les choses annexes, je m’en fous, mis à part la pochette.

Et c’est là que je reviens à ce paradoxe major/indépendant ; c’est quoi le plus important pour toi : t’adresser à une large audience ou simplement faire les choses pour toi ?

Stupeflip : Alors voilà, ça c’est intéressant. Sans dire que je vise le truc populaire – avec cet album-là c’est pas gagné – c’est beaucoup plus drôle quand tu touches le public, ces gens qui bossent toute la journée et qui n’ont pas l’occasion d’aller acheter un disque. Je ne crache pas du tout sur ce que les gens écoutent en masse, moi j’adore la variété et jusqu’à un Jean-Jacques Goldman qui passe dans une brasserie à six heures du matin, c’est toute une poésie, un truc de dingue, sur l’idée qu’on se fait des gens qui partent bosser tôt. Moi j’suis revenu du côté branché intellectuel, c’est avant tout un truc d’émotion, comme la peinture. Même là, regarde, on est dans le discours. L’idéal finalement, ce serait de ne pas en parler, de Stupeflip. Le laisser vivre tout seul, ce qu’il fait d’ailleurs.

OK, mais même en détestant ta musique, j’ai l’impression que les paroles sont une partie importante du personnage Stupeflip, comme une certaine prise de position. Si tu allais au bout du truc, tu pourrais même refuser de donner des interviews, non ?

Stupeflip : Comme m’a dit un autre journaliste avant toi, « faut le faire pour les fans qui veulent en savoir un peu plus ». Mais maintenant je vais te le dire franchement : moi je suis le premier détracteur de Stupeflip. C’est pour ça que ça me plaît beaucoup quand tu dis que tu n’aimes pas ma musique. Les mecs y viennent avec les bras levés mais pfff, tu vois bien que Stupeflip c’est un truc fait pour être descendu. Moi si j’étais journaliste, j’essaierais de le descendre intelligemment. Ca a jamais été fait jusque-là, c’est dommage.

Eh bien on va essayer…

Stupeflip : Je vais même te simplifier la tâche, je vais les dire à ta place les mauvaises choses : je sais pertinemment ce qui ne va pas chez Stupeflip, ce qui est pas possible parce que j’aime trop la musique pour ça. The Hypnoflip Invasion, je dirais surtout que ça me fait peur, littéralement, que l’assemblage des morceaux c’est n’importe quoi, c’est flippant, pour quelqu’un qui a besoin de repères comme moi, c’est dingue. Vu que je fais des tourneries qui sont toujours les mêmes, forcément c’est dur d’estimer que c’est de la grande musique. Et pourtant ce serait le plus beau compliment… Pour moi la musique c’est les trucs de rap que j’ai acheté gamin, ces trucs qui sonnent immédiatement, sans surprise, sans évolution. Je fais tout pour retrouver la même émotion. Et quand t’as dit ça, t’as juste l’impression d’avoir crée un monstre, tu croises les gens en concert qui s’approprient les morceaux, limite intégristes, des mecs qui me crient « ce morceau c’est moi, c’est MOI ». Du coup c’est compliqué.

Clair qu’on imagine difficilement ton fan autrement qu’intégriste… Ils sont vraiment deep, tes supporters ?

Stupeflip : Ah ouais. J’ai eu des terreurs du net, des irrécupérables.

C’est d’eux dont tu parles dans le morceau Hater’s Killah ? (« Ce morceau s’adresse à tous les tristes sires accrocs du net / Lâches et racistes, planqués derrières leurs ordis »)

Stupeflip : Totalement.

Coup de bol, c’est la seule que j’aime sur ton disque.

Stupeflip : Moi aussi !

C’est flippant ce que tu dis, y’a quand même 21 morceaux.

Nan mais attends, y’a aussi Stupeflip vite !!! qui est pas mal, qui sonne bien. Mais Hater’s Killah, j’suis comme un ouf, tu peux danser là-dessus, c’est la première fois que je peux tripper sur un de mes morceaux, boire un peu, faire la fête de façon cool. Mais visiblement comme le morceau ne plaît pas aux journalistes, on ne va pas faire de clip là-dessus.

Passons à ce trip autour de l’invasion, visible sur la pochette, le premier titre. Cette idée de conquête, c’est l’envie de contaminer la France toute entière ?

Stupeflip (surpris) : Ah ouais… en fait non, j’y avais même pas pensé. C’est de la série B, l’influence de la science-fiction, la BD strange, le film Les monstres de la mer, l’invasion extraterrestre quoi. Comme dans ce clip des Beastie Boys avec des monstres japonais, GROAH GROAH. L’invasion, c’est toute l’histoire de la science-fiction, c’est ça qui m’inspire.

Okay, donc toutes mes questions sur ton engagement supposé, la grille de lecture de tes paroles, le côté « changer le monde de l’intérieur », la rébellion, je peux tout rayer ; on vient de tout résoudre en une phrase.

Stupeflip : Ah bah là tu viens de dire un truc très bien, ça vient de déclencher un truc. Ecoute moi : j’suis super fan d’Ice T, à l’époque j’avais acheté le disque, ça s’appelait Home Invasion, on y voyait un p’tit Blanc en train d’écouter du Ice-T, avec des gros Blacks qui infiltrent les maisons des p’tits Blancs par la musique. Je trouvais ça génial ! Moi ça me tourne dans la tête, le son qui se propage…

(Un journaliste vient faire dédicacer son poster Stupeflip : « pour mon petit frère qui vit à la Réunion, il est dingue de ta musique. Il s’appelle ABR, il dessine des monstres et designe des casquettes »)

J’ai cru comprendre que vous aviez mixé le disque aux studios Ferber. Première question : est-ce vrai ? Et deuxièmement, connaissais-tu l’histoire de ce studio mythique avant d’y poser les pieds ?

Stupeflip : C’est vrai ouais, et l’histoire je la connais, c’est fou. Pour reparler de mon manager, Michel Plassier, il faut savoir que c’est un type qui a produit Jacno dans les années 80, c’est lui qui m’a introduit à Jacno d’ailleurs. Et quand Jacno est mort, Michel était tout triste, il m’a dit : « tu vas aller à Ferber ». Il a du se dire que le temps filait, il a peut-être fait un transfert… Enfin bref, c’est avec les ventes du DVD qu’on a pu mixer à Ferber, avec un vieux copain de Michel nommé René Ameline.

C’est pas vrai ! [Rene Ameline a mixé tous les disques de Christophe ou presque, plus ceux d’Alain Kan ou Alain Bashung dans les seventies, accessoirement René Ameline est encore aujourd’hui le mixeur attitré du label Motors, NDR]

Stupeflip : Oui oui, c’est lui. J’ai passé dix jours avec lui, c’était dingue. René m’a d’ailleurs raconté que c’était le pote à Mort Shuman, j’sais pas si tu vois, quoi. Il me racontait que les deux picolaient, bossaient puis finissaient le soir aux putes. Ca faut pas l’écrire hein.

Oui bien sûr. Et sinon ça a changé quelque chose d’enregistrer à Ferber ?

Stupeflip : Moi j’ai jamais donné mes sons à personne, ils sont petits mais sonnent très bien, les niveaux sont généralement parfaits. Pour une fois, on a fonctionné autrement, on est partis bosser dans ce gros studio en donnant les clefs à René Ameline, et à chaque fois qu’il disait « non » sur un truc, il avait raison. Le résultat est plus ample, plus large ; ça correspondait finalement à mon envie du moment.

Tout à l’heure tu parlais de « tournerie », c’est un mot intéressant. Pour moi qui ai été nourri par la culture blanche bourgeoise, Jacno est, disons, plus une icône que, au hasard, Ice-T. Ce délire minimaliste dont tu parles, il vient davantage du rap que d’un titre comme Rectangle, non ?

Stupeflip : Oui, euh attend, non. Un type comme René Ameline, je lui ai amené mes sons – tu vas voir que ça répond à ta question –  et je lui ai dit : « tu sais René, mes sons ça sonne toujours pareil ». Il m’a répondu : « mais c’est ça que j’aime ! ». Il avait tout compris. Moi les trucs que j’ai le plus aimé en musique, hormis les Residents, c’est le rap, le hip hop, les trucs linéaires, sans break. Cette façon de prendre un truc en boucle et de le répéter à l’infini, comme le Requiem de Gabriel Fauré – bon c’est le seul truc classique que je connais hein – t’as un passage qui fait pleurer, à chaque fois ça me le fait, avec des chœurs, une émotion qui tourne en boucle, c’est un truc de fou. Et c’est pour ça que j’écoute du hip hop depuis quinze ans.

Y a quelque chose que je ne comprends pas, et je crois qu’on touche là le nerf sensible, la raison qui fait que j’aime pas chez toi.

Stupeflip : Mais c’est pas chez moi ! C’est chez Stupeflip ! Moi j’suis un mutant mon pauvre…

(Le patron de la menuiserie débarque en pleine interview. Un drôle de gars que ce cinquantenaire, vraiment. Plus tard, lorsque l’interview sera terminée, il me demandera de mettre une pièce dans une tirelire en forme de nain de jardin. Sans que cela éclaire en quoi que ce soit le lecteur sur Stupeflip, le bricolage, les scies sauteuses ou la vie en générale, un indice sur les neurones cramés de cet étrange collectif de canards boiteux aux pupilles dilatées)

Oui donc je reviens à ma question : tu cites René Ameline, les Residents, Ween, Jacno, la culture blanche pour faire court, mais tu t’échines à faire du rap bricolé sur Pro Tools. Il n’y a pas comme un décalage entre le fond musical et les paroles, chez Stupeflip ?

Stupeflip : C’est à dire ?

On pourrait citer tout l’album, mais je pense plus particulièrement à Stupeflip vite !!! et ses rimes un peu lourdingues (« Tu préfères te cacher / Faire le steak haché / Sous vide, t’as du mal à respirer / Tu crois gérer / Mais t’es mal digéré »).

Stupeflip : Ah ça c’est pas moi, hein. C’est Cadillac, tu connais Cadillac ?

On peut également citer Le cœur qui cogne (« Moi j’veux mon cœur qui cogne / Un truc esthétique / Pas de vacances en Sologne / Un truc excentrique / T’es ringard au plumard / Tu me fous trop le cafard / Moi je préfère trop les fourmis ») C’est pauvre à la rime, sans parler du sens.

Stupeflip : Ah ça c’est pas moi non plus.

Ah bah tout s’explique alors. Mais existe-t-il, dans ta conception de la musique, une différence entre le second degré – ton imagerie, tes costumes et tes personnages – et le premier degré – toutes tes obsessions musicales, tes icônes ?

Stupeflip : Le gros problème de ce groupe, c’est que les mecs à l’époque pensaient que c’était cynique, second degré, même mon manager croit encore que c’est de la déconne. Mais le truc c’est que TOUT est à prendre au premier degré, rien n’est cynique

Le patron de la menuiserie intervient : « c’est juste un quotidien avec ton second souffle dans lequel tu te défends de tes outrages. »

Stupeflip : Et encore, j’écris assez peu sur mon quotidien, c’est un drôle de truc, je suis une sorte de prestidigitateur. Mais j’espère qu’il y a un peu de talent musical derrière, parce que sinon ça n’aurait aucun intérêt. Je vais te dire : Bashung, c’était le meilleur en France, le dernier vivant à avoir du talent. Et Stup Religion, c’était son putain de disque de chevet. On devait se voir, mais il était malade, j’ai pas eu envie de le faire chier.

Vous deviez bosser ensemble ?

Stupeflip : Non, pas vraiment, mais… si tu parles de la musique en France, pour moi c’est par défaut. On aime Gainsbourg par défaut, Noir Désir ou les Béruriers idem. On est un petit pays, avec sa petite musique. Stupeflip, ça veut défendre les gens, c’est altruiste quand les gens pensent qu’on est misanthropes. Et c’est pour cette raison que ça plaisait à Jacno, la première fois qu’il m’a vu c’était dans un clip où j’étais fringué avec un t-shirt « Chantez l’amour », il a trouvé ça génial. Il m’aimait bien hein, il m’avait fait des compliments. Un homme très gentil.

Tu parles de ces petits pays d’Europe, on t’imaginerait presque chanter qu’il faut que ça saute, ce genre de trucs. Je me suis demandé si tu te sentais proche de la cause d’insoumis comme Julien Coupat, Tiqqun, la théorie de la jeune fille ?..

Stupeflip : Ah non non non, je ne suis pas du tout d’extrême gauche ! Par contre si on parle politique, c’est comme en musique : je suis à gauche par défaut. Moi j’aime la grotte, la rébellion dans l’ombre, mais c’est pas forcément politique, moi j’suis pas politisé, pfff c’est compliqué. Moi j’comprends plus ce qui se passe, de toute façon, dire qu’on est de droite ou de gauche, c’est con. Reste les idées, quand même, et puis c’est dur de se faire élire sur des idées de droite, non ?

Mouais. Sinon j’ai noté deux références à Boris Vian dans tes textes.

Stupeflip : Ah bon ? Je connais très mal. Vas-y, dis moi. Tu penses au moment où je parle de « moulinette qui fait de la vinaigrette » ?

Euh non. Je pensais à la référence à la pataphysique et au J’irai cracher sur vos tombes.

Stupeflip : Mais la pataphysique c’est pas de Vian, non ? [il a raison, c’est un principe théorisé par Alfred Jarry, bravo Stupeflip]. Mais il y a plein de références cachées sur le disque, tu verras, elles sont assez évidentes. Je m’en rappelle même plus, tiens.

Dernière question : dans quelle mesure as-tu vécu les années Myspace ? Tu en es l’un des enfants, finalement, tu en as vécu la naissance et la mort, que ce soit avec Stupeflip ou avec Simone elle est Bonne, et cela correspond assez ironiquement à ta propre évolution, de ta signature en major jusqu’à ton retour à l’autoproduction.

Stupeflip : Faut bien comprendre que dans Stupeflip je ne suis qu’un rouage, derrière il y a un mec nommé Michel Plassier [décidément, s’il était payé à chaque fois qu’il place le nom de son producteur, Stupeflip aurait déjà pu fumer toute l’herbe de Jamaïque, NDR]. C’est intéressant cette question…

Je pense surtout au retour du Do It Yourself permis par Myspace au début des années 2000, comme l’autoproduction française avait été possible vingt ans auparavant avec les Béruriers Noirs, par exemple, pour parler de filiation.

Stupeflip : Ouais ouais. Le père du chanteur [des Béruriers Noirs, NDR] était à l’enterrement de mon père, c’était un peintre. Les Bérus, c’était vachement beau. Moi je te l’ai dit : chez Stupeflip y a des trucs que j’aime pas du tout, qu’il m’est impossible de réécouter.

Et pourquoi tu les fais alors ?

Stupeflip : Parce que quand je les fais, j’y crois à mort. Mais comme je suis très dur avec moi-même, et que la musique me fait rêver, le rêve tu peux jamais l’atteindre. Disons que je suis un obsessionnel.

Et c’est ça qui te force à faire des albums très très longs ?

Stupeflip : Ah ah ah. Tu trouves ?

Bah oui. T’as jamais eu envie de faire un album moins éprouvant, genre sept ou huit titres et puis basta ?

Stupeflip : Mais j’adorerais, ce serait génial ! Si ça ne tenait qu’à moi, et si Michel ne me rappelait pas que c’est important le format trois minutes, je ferais comme les albums des Pixies, Trompe le Monde, des morceaux de 90 secondes, 2 minutes à la rigueur ! Mais voilà, il se trouve qu’on s’est mis dans la tête que les morceaux c’est trois minutes, pour moi trois minutes ça débande. Nan mais allez sérieux, t’as beau dire que l’album te plaît pas, y a quand même quatre ou cinq morceaux qui sont pas mal : Stupeflip vite !!!, La menuiserie, Hater’s Killah et Région Est.

Tu ne mentionnes pas Ce petit blouson en daim, cette chanson qui raconte une drôle d’histoire à Châtelet avec toi qui mates des fringues. C’est du vécu ça, non ?

Stupeflip : Ah non, c’est pas mon personnage, c’est moi à travers Pop Hip [on s’y perd là], l’air un peu naïf, dans une période un peu sombre de ma vie. A une certaine époque, j’étais un peu dépressif, et aller dans des boutiques pour mater des fringues, ça m’a aidé à tenir pendant plusieurs mois.

Bon ben voilà, c’est fini. Merci hein.

Stupeflip (il s’adresse à son attaché de presse) : Nan mais il est bien lui, hein, enfin quelqu’un qui n’aime pas mon disque, c’est génial !

Stupeflip // The Hypnoflip Invasion //  Etic System
http://www.myspace.com/stupeflip

Photos: David Arnoux

bashungchristophejacnomotorsrap

0 thoughts on “La Menuiserie Stupeflip Explication Essay”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *